Vivre ensemble

Vie en EHPAD : “de bons mots pour le dire”

8' Temps de lecture

“Vieillesse”, “démence”, “papy”, “Alzheimer”… autant de mots qui recouvrent souvent – à tort – une même réalité dans notre perception du monde des seniors. Partant de ce constat, l’Institut du Bien Vieillir Korian tente d’identifier les grands champs lexicaux évoquant la vie en EHPAD.

Souvent, les mots que nous utilisons pour désigner le monde des seniors sont approximatifs, réducteurs, voire inappropriés. La faute à qui, à quoi ? Aux raccourcis sémantiques, aux évolutions des termes médicaux ou aux maladresses de langage… Savoir pourquoi nous choisissons tel ou tel terme au lieu d’un autre est complexe. Selon le sociologue Serge Guérin, spécialiste des questions liées au vieillissement, le poids des mots a une grande importance dans notre société de manière générale, mais encore plus dans le domaine de la gériatrie. Pour lui, « les mots sont représentatifs et sont à considérer comme les signes émergents de valeurs, de normes sociales et de modèles culturels pensés et vécus par les individus de notre société ». L’importance du mot juste au quotidien est donc autant un nécessaire combat, qu’une manière d’accepter et de comprendre autrui dans sa différence. Dans la thématique du vieillissement cette logique prend tout son sens afin que des « mots » ne viennent s’ajouter aux « maux »…

Objectif
En se basant sur l’expérience académique du sociologue Serge Guérin, mais aussi sur une étude(1) menée par plusieurs hauts responsables du domaine de la gériatrie, l’Institut du Bien Vieillir Korian s’est fixé pour objectif de développer un lexique de « l’âge », plus positif, plus empathique mais aussi plus précis, afin que celui-ci soit en phase avec les réalités actuelles. Ce travail sur les mots a pour but d’améliorer au quotidien la triple perception sur la vie en EHPAD : le regard sur soi, sur les autres et celui des familles ainsi que du personnel médico-social.

Pourquoi une approche sémiotique (2)?
Pour déterminer les champs lexicaux sur les sujets concernant les personnes âgées, il est nécessaire de concevoir un véritable « panorama » sémantique.
Le périmètre à observer est en effet très vaste. Le vocabulaire de l’âge se retrouve dans toutes formes de discours émis par notre société. Du discours généraliste des grands médias jusqu’aux brochures commerciales des acteurs du secteur, en passant par une large documentation scientifique. Dans ce contexte, la sémiotique apparaît comme l’outil de classification et de structuration le plus adapté.

Les thématiques à l’étude
Quatre thématiques émergentes en EHPAD sont étudiées : les personnes âgées, les structures d’accueil, les activités et la maladie. L’étude a établi un corpus de données, transversal aux quatre thèmes sélectionnés et suffisamment spécialisé pour apporter des contenus précis.

Par exemple pour parler des personnes âgées, de nombreux registres sémantiques sont possibles. On peut caractériser la personne sous l’angle de :
• l’évolution des attributs physiques (“personnes fragiles”, “les tempes grises”, “les silvers”),
• de l’âge chronologique (“les aïeux”, “les matures”),
• de la sagesse (“les anciens”, “les aînés”),
• de l’expérience, de la bonification (“l’âge d’or”, “les vermeils”),
• du positivisme sportif (“les vétérans”, “la réserve”),
• de la joie de vivre affichée (“les happy boomers”, “les jubilatores”, “les flamboyants”).

Les personnes qui ont contribué à l’étude
Dr Sanchez Stéphane, Institut du Bien Vieillir, Paris, France
Serge Guérin, sociologue (France)
Stephane Sanchez, Docteur en Médecine, Pôle IMER, Hospices Civils de Lyon
Muriel Stefanuto, Directeur d’établissement, Centre de Long Séjour
Marie Khaddar, Directeur d’établissement, EHPAD
Stephane Canovas, Coordinateur des Soins, Centre de Long Séjour


1) Les résultats devraient être publiés en Automne 2106 par l’Institut du Bien Vieillir korian.

2) La sémiotique étudie le processus de signification, c’est-à-dire la production, la codification et la communication de signes.