Fondation Korian pour le Bien Vieillir

Resultats de l’étude sur l’activité physique à tout âge

Présentation de l’étude LEDEN de la Fondation Korian pour le bien vieillir en partenariat avec le Gérontopôle de Toulouse.

À l’occasion de son troisième plateau, la Fondation Korian pour le bien vieillir présente les premiers résultats de l’étude LEDEN (Effects of a Long-term Exercise program on functional ability in people with DEmentia living in Nursing homes) menée en collaboration avec le Gérontopôle de Toulouse. Cette étude pilote a pour objectif de comparer les effets d’un programme d’activité physique et d’un programme d’activités socialisantes, sur les capacités fonctionnelles et sur les symptômes neuropsychiatriques de résidents de maisons de retraite médicalisées souffrant de troubles cognitifs.

Méthodologie de l’étude

Ce sont sept maisons Korian qui se sont portées volontaires pour participer à ce pilote. Ainsi deux groupes ont été formés, un premier groupe témoin qui a participé à des activités socialisantes comme des séances de chant ou d’arts plastiques et un deuxième groupe expérimental qui s’est livré à des séances d’activités sportives. Les deux groupes ont bénéficié de deux interventions par semaine d’une durée de 60 minutes. Les résidents du groupe expérimental ont pu bénéficier de séances d’activités physiques animées par l’association Siel Bleu, tandis que les résidents du groupe témoin ont bénéficié du même intervenant extérieur pendant tout le cycle des séances.

Pour comprendre et déterminer les effets d’une activité physique et sociale sur les résidents atteints de troubles cognitifs, plusieurs variables ont été analysées comme la capacité fonctionnelle, la fonction physique (vitesse de marche, levé de chaise…), les fonctions cognitives et les troubles du comportement. Après les six premiers mois de l’étude, les résultats ont montré que les deux types d’activités proposés ont pour effet de stabiliser voire de ralentir le déclin naturel observé chez les participants.

Une analyse scientifique au service du bien vieillir

L’analyse de variables supplémentaires a permis de porter un regard nouveau sur l’accompagnement et le soin portés aux résidents atteints de troubles cognitifs mais a aussi permis de mettre en évidence des différences significatives entre le groupe témoin et le groupe expérimental. Ainsi, les résidents ayant bénéficié d’une activité sociale ont vu l’amélioration de leur statut nutritionnel, tandis que le nombre de chutes non graves a diminué chez les résidents qui ont participé aux séances d’activités physiques.