Vieillir demain

Les bienfaits de la musicothérapie en Ehpad

4' Temps de lecture

Deux ans après avoir lancé une large étude sur la faisabilité de la mise en œuvre de la musicothérapie en EHPAD, l’Institut du Bien Vieillir Korian vient d’en recueillir les premiers résultats. Inscrit dans l’expérimentation de nouvelles thérapies non médicamenteuses ce travail observationnel confirme le bénéfice de la musique sur les résidents en EHPAD, mais pointe du doigt les difficultés de mise en œuvre.

Musique 2

Des résultats encourageants
Le projet a été mené avec la société Music Care qui a mis en œuvre une technique de musicothérapie réceptive de type relaxation standardisée en partenariat avec le CHRU de Montpellier (Pr TOUCHON) : le montage en « U ». Se basant sur les principes de l’hypno-analgésie, la séquence musicale, de 20 minutes, est décomposée en plusieurs phases qui amènent progressivement le patient à la détente. Plus de 20 établissements (EHPAD et SSR) y ont participé et 145 résidents (19,4% d’hommes et 80,6% de femmes) ont pu être suivis. Tous (94%) avaient déclaré d’emblée aimer la musique et certains avaient un musicien dans leurs proches. Suite aux séances, 71% des patients ont déclaré avoir ressenti une relaxation et un état de bien être. 25,7 % témoignent d’une diminution de leur anxiété. 25,3% signalent une diminution de leur douleur.

En collectif ou individuel, un sentiment de bien-être
Toutefois, ces séances mises au point par des musicothérapeutes répondent à des critères très précis et nécessitent la présence pendant trente minutes d’un professionnel formé. Le programme prévoit 12 séances individuelles par patient. Dans certains cas et pour des questions liées aux contraintes organisationnelles, le dispositif a été remplacé par des séances en groupe. Et dans ce cas aussi, l’évaluation montre une tendance vers un ressenti de bien-être, un sentiment de détente, d’évasion, de plaisir et de relaxation.
L’utilisation de la musique continue à faire ses preuves en tant qu’outil dans le développement plus général des thérapies non-médicamenteuses, qu’elle soit utilisée en groupe ou en individuel. Reste à l’adapter « à la carte » selon les besoins des patients, en fonction de la formation du personnel et du temps disponible de chacun.